Installation VMC

L’air, c’est l’âme à fleur de peau ; cela se respire.

Citation de Pierre Baillargeon ; Commerce (1947)

A quoi sert une VMC ?

Que ce soit chez vous, au bureau, dans les magasins ou même dans les transports, l’isolation est devenu une priorité. Cette isolation, si elle a un effet bénéfique sur les déperditions énergétiques, limite grandement la capacité de ces lieux à se ventiler correctement.

Limiter l’hygrométrie

Couplée avec le système de chauffage, une VMC vous évite l’apparition de moisissures dont la plus toxique : le « Stachybotrys Chartarum » (la tâche de champignon noir qui apparaît sur les murs) et qui, si l’exposition est prolongée, peut entraîner des problèmes respiratoires nécessitant une hospitalisation.
L’hygrométrie (quantité d’eau présente dans l’air) d’un logement peut être produite par l’utilisation des sanitaires, par des infiltrations d’eau du toit, par des remontées d’eau du sol et même par la présence humaine.

De ce fait, il est important de correctement ventiler l’ensemble des pièces du logement/bureau.

Apport d’air neuf

Dans des lieux clos, plusieurs éléments peuvent devenir nocifs si leur concentration augmente au delà d’un certain seuil. Voici les trois principaux :

  • Le monoxyde de carbone
    De loin l’élément le plus dangereux et le plus mortel. Ce gaz inodore est le résultat d’une combustion. Si vous êtes équipés d’une chaudière, d’une cheminée ou d’un chauffage d’appoint, vous êtes confrontés à cet élément et devez absolument prendre vos précautions en posant un détecteur de monoxydes et en renouvellement convenablement votre maison.
  • Les Composés Organiques Volatiles (COV)
    Ce sont des polluants issus de l’utilisation de solvants dans la construction. Vous en trouvez dans les colles, les vernis, les peinture, certains produits (white spirit, essence de térébenthine, etc…) A l’issue de travaux, ou lorsque vous achetez du mobilier neuf, ces polluants vont être libéré dans l’air pendant plusieurs années.
  • Les formaldéhydes
    Composé de la famille des COV, c’est l’une des particules que l’on chasse en priorité car assez dangereux. Il a en effet été classé par l’OMS comme étant un cancérogène certain pour l’homme en 2005. En France, une grande campagne de prévention chasse ce composé des écoles de nos enfants. Mais nous le retrouvons encore en concentration conséquente (de 20 à 50 microgrammes/m3) dans nos habitations.

L’isolation des bâtiments ne permettant plus une ventilation naturelle correcte, il faut donc se reposer sur une ventilation mécanique pour chasser ces polluants.

L’installation d’une VMC

A ce stade, vous comprenez que la VMC est un enjeu de santé avant tout, mais joue également un rôle dans le maintien de votre bâtiment en lui évitant l’humidité.

Il existe deux grandes familles de VMC

La VMC Simple Flux

C’est le système le plus simple et le plus répandu. Vous disposez d’entrées d’air sur les menuiseries des pièces dites « sèches » (chambre, salon, salle à manger), de bouches d’aspiration dans les pièces dites « humides » (cuisine, salle de bain, WC) et d’un moteur dans les combles/faux plafond.
Dans les simples flux, vous avez plusieurs catégories

La VMC auto-réglable

Ce modèle est le moins cher à l’achat. Vous pouvez moduler la vitesse de la ventilation à l’aide d’un interrupteur placé généralement en cuisine. Cela vous permet de ne passer en grande vitesse que lorsque vous en avez réellement besoin. (pendant que vous cuisinez, ou pendant une douche) et de limiter l’aspiration et donc la déperdition de chaleur le reste du temps. Ce modèle peut être couplé à des capteurs domotiques vous permettant d’automatiser le changement de vitesse en fonction de certains paramètres.

La VMC hygroréglable

Ce modèle est légèrement plus coûteux à l’achat, mais dispose d’avantages en terme d’économie d’énergie intéressants.
En effet, les entrées d’air, les bouches et le moteur disposent d’un système qui module le passage d’air en fonction de l’hygrométrie ambiante. Vous permettant le renouvellement minimum par temps sec (pour évacuer les polluants) et accélérant le renouvellement d’air lorsque l’humidité ambiante augmente. Vous rentabilisez votre achat en moins de trois ans.

La VMC Double Flux

Les modèles simple flux ont l’avantage d’être peu onéreux, simple d’installation, mais même les modèles les plus optimisés se contentent de rejeter directement l’air chauffé ou climatisé dehors.
Les systèmes double flux s’occupent non seulement d’aspirer l’air vicié pour le rejeter, mais également d’apporter de l’air neuf. Et un caisson d’échange thermique permet un échange de température enter l’air soufflé et l’air aspiré. Vous récupérer ainsi jusqu’à 45% de votre chauffage ou de votre climatisation.

Exemple :
L’air extérieur est à 10°C, l’air de votre logement est à 25°C.
Votre VMC Double Flux aspire de l’air à 25°C, pour le rejeter dehors et aspire de l’air à 10°C pour l’envoyer dans votre maison.
Grâce à l’échange thermique, l’air qui sera soufflé dans votre logement ne sera pas de 10°C mais de 16°C


Protection de l'environnement Kereole

Le « Plus » KerÉole

Pour la pose de systèmes de VMC, notre société ne travaille qu’avec une seule marque : Atlantic.
Atlantic est un fabriquant français de systèmes de ventilation. Il dispose de 10 usines dans le pays et respecte l’ensemble des normes en vigueur.
Ses modèles ont la particularité d’être robustes, silencieux, économiques en énergie, réparables et sont livrés dans des emballages recyclables.
Travailler avec cette marque permet donc un circuit « court » (qui reste dans le territoire) et limite la production de déchets, les éléments pouvant être démontés, réparés sans jeter l’ensemble de l’installation.



Sources :
http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-chimique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=69&dossid=274
https://www.actu-environnement.com/ae/dictionnaire_environnement/definition/formaldehyde.php4
https://www.lenergietoutcompris.fr/travaux-isolation-et-ventilation/vmc-simple-flux-auto-reglable